Strozzapreti aux Fèves

Traditions et légendes autour des Strozzapreti

Selon une tradition romagnole, les femmes préparaient ces pâtes les jours de fête pour les offrir au curé de la ville, tandis qu’une triste soupe était destinée à leurs maris. Ces derniers, rongés d’envie, souhaitaientt que les pauvres prêtres « s’étouffent », d’où le nom des pâtes.

En Ombrie, les « strozzapreti » sont connus sous différents noms, dont « stringozzi », « strengozzi » et « umbricelli ». Ce format de pâtes fraîches est typique de la ville de Foligno, mais est apprécié dans toute la région. Les strozzapreti de l’Ombrie sont préparés sans ajouter d’œufs à la pâte, en utilisant uniquement de la farine de blé tendre, de la farine de semoule remoulue, de l’eau et du sel, donc elles sont naturellement végétaliennes. Cependant, il existe également un grand nombre de théories sur l’origine de ces pâtes.

Strozzapreti
Strozzapreti aux feves de Norcia11

Cette recette est un grand classique du printemps, dans sa version traditionnelle elle est préparée avec des produits typiques de la région de Saint Benoît: du fromage Pecorino di Norcia, au goût épicé et produit avec du lait 100% issu des pâturages de Norcia, et avec du jambon Norcia, un produit IGP. Les strozzapreti sont une forme de pâtes au nom très particulier qui a donné naissance à diverses légendes et histoires. Elles trouvent  leur origine dans le centre de l’Italie (Ombrie, Romagne, Latium, Marches, Abruzzes) qui fit jusqu’en 1870 partie des “états pontificaux” sous l’autorité du Pape.

A l’instar des préceptes de Saint Benoît, la cuisine ombrienne est simple mais savoureuse, basée sur l’utilisation d’ingrédients locaux et de saison.

Norcia est considéré comme l’un des plus beaux villages avec ces beaux monuments dont la place de San Benedetto, elle n’est pas seulement une ville célèbre pour sa beauté mais aussi pour être le lieu de naissance du fondateur des Bénédictins, San Benedetto (Saint Benoît de Nursie).

Maitre de Meskirch Saint Benoit en priere 1530 huile sur bois 106 × 75 cm Staatsgalerie Stuttgart Allemagne. ‍

Maître de Meßkirch, Saint Benoît en prière (1530, huile sur bois, 106 × 75 cm), Staatsgalerie, Stuttgart (Allemagne). ‍

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter 2 recettes en l’honneur de Saint Benoît de Nursie, une salée et l’autre sucrée.

Je me suis inspirée de cette recette mais j’ai remplacé les fromages et le jambon par des substituants végétaliens et j’ai utilisé des fèves surgelées pelées. Pour une version végétarienne et non vegan vous pouvez utiliser du vrai fromage pecorino et du parmesan qui sont disponibles dans tous les supermarchés, même s’ils ne sont pas les mêmes que ceux de la région du Saint.

Strozzapreti aux feves de Norcia6

Recette N° 1 pour la fête de Saint Benoît de Nursie

Strozzapreti aux fèves de Nursie

Ingrédients

  • 200 g de Strozzapreti

  • 350 g de fèves fraîches sans la gousse (ici surgelées)

  • 1 oignon nouveau (dit aussi oignon de printemps ou vert)

  • 150g de pecorino (version végétarienne) ici végétal (voir Mes conseils plus bas)

  • 150g de pecorino (version végétarienne) ici végétal (voir Mes conseils plus bas)

  • 50g de parmesan (ici végétal)

  • Poivre moulu

  • Le zeste de 1 citron râpé

  • Huile d’olive extra vierge

StBenoit feves

Préparation

  • Blanchir les fèves quelques minutes dans l’eau bouillante (suivant les indications sur l’emballage).
    Elles doivent rester un peu fermes.
    Les passer sous l’eau du robinet pour arrêter la cuisson, les égoutter et réserver.
  • Dans une poêle, faire revenir l’oignon nouveau émincé, puis ajouter, le jambon végétal en fines lamelles ou en dés jusqu’à ce que le « jambon » devienne croustillant, ajouter en dernier les fèves et faire revenir  le tout quelques secondes.Strozzapreti aux feves de Norcia1
  • Cuire les strozzapreti dans beaucoup d’eau salée en suivant les instructions sur l’emballage (mettre de côté un peu d’eau de cuisson) et les égoutter.
  • Placer ensuite les strozzapreti dans un grand bol et ajouter les fromages râpés (vrais ou vegan) le poivre moulu et deux cuillères à soupe d’eau de cuisson des pâtes.
    Mélanger jusqu’à obtenir une sorte de crème homogène.
  • Ajouter la poêlée de fèves et jambon croustillant au fromage à la préparation de fromages et eau et bien mélanger.
    Servir sur des assiettes en décorant de quelques pétales de pecorino ou de “parmesan” végétal et de zeste de citron.
Strozzapreti aux feves de Norcia5

Mes conseils

Pour remplacer les fromages, si vous voulez une version vegane, il suffit d’utiliser des « faux-mages » vegan. Il existe une offre très variée de ces produits, je vous laisse les noms de mes produits préférés sans pour autant avoir aucun partenariat avec aucune des marques.

Pour le pecorino ou le parmesan, j’aime le râpé Prosociano de la marque Violife qui imite ce genre de fromage.

Pour les copeaux de parmesan j’utilise le bloc « Gran Prosociano » de la marque Violife qui permet de faire de jolis copeaux comme vous pouvez l’observer sur les photos.

Strozzapreti aux feves de Norcia12

Pour un effet plus crémeux vous pouvez remplacer le râpé imitant le pecorino ou le parmesan par du râpé saveur Mozzarella aussi de la marque Violife, c’est bluffant!. Voici le lien vers la marque Violife 

Pour ce qui est du jambon végétal vous avez aussi un grand choix mais malheureusement on ne trouve pas toujours cette variété dans les supermarchés. On y trouve surtout des substituts de jambon de Paris ou cuit très très bon que vous pouvez utiliser à la place du « jambon cru ». 

Si vous avez la chance de trouver certains de ses produits en supermarché voici quelques références/ produits  que j’aime bien: Tranches au poivre.

Le affettato gusto prosciutto crudo de la marque Valsovia (italien et incroyable). En épicerie vegan. alternative vegane au jambon cru Liveg (je ne l’ai pas testé) disponible en épicerie vegane en ligne.

L’offre est bien plus importante mais je vous livre mes conseils et expériences personnels.

Pensée du jour

 « On recevra comme le Christ lui-même tous les hôtes qui surviendront. On rendra à chacun l’honneur qui lui est dû. »

Saint Benoît (La Règle, chapitre 53 : l’importance de l’accueil pour les communautés monastiques )

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 Commentaires
  • Vélaska
    14 juillet 2024

    Vraiment c’est incroyable ce que vous nous apprenez.

    Moi même qui catholique j’ignorai qu’un plat était assimilé à tel ou tel saint ou fête.

    Jamais il nous a été enseigné durant les sermons ou cours de catéchisme.

    J’ai toujours voulu savoir s’il existait des ouvrages culinaires religieux, j’ai écrit à plusieurs éditions religieuses mais ils ne connaissaient pas. Les seuls ouvrages qu’ils me recommandaient étaient pour les fêtes classiques tel que Noël, Pâques, Saint Nicolas avec des jeux et travaux manuel. Je demandais ceci car mon fils ne voulait rien manger à part des croques et ne s’intéressé pas à la religion.

    J’ai écris à divers communauté chrétiennes mais deux m’ont répondu seulement (un pasteur évangélique et une mormone) mais n’ont pu me renseigner mais admirer et me félicitaient ma lutte pour encourager mon fils à manger et le faire intéresser à la religion.

    Hélas le modernisme, la société, les sectes et les choses immonde l’ont emporter. Maintenant je ne crie plus mais je prie pour fils pour qu’un jour il mange correctement et ouvre son cœur à Dieu.

    Les vraies valeurs morales, civiques et religieuses, l’ancien temps disparait et fait de nous jours pour la plus part des gens gens malhonnêtes, pervers, criminels et j’en passe.

    Patricia je n’ai pas la prétention de vous dire ce que vous devais faire même si cela fait des nombreux mois que je vous en parle mais je pense que vous avez ici l’opportunité de faire ce dit ouvrage car je sais que vous en êtes capable. Donc quand vous aurez l’occasion après ce que vous avez à faire rappelez vous ce dit ouvrage. Moi je serais toujours là pour vous encourager. Vous êtes quelqu’un de sérieuse, travailleuse, courageuse, Vous travailler goût et soin la preuve vos blog sont l’exemple même. Vous devriez essayer les éditions religieuses pour ce dit ouvrage.

    Je pense que les lecteurs de vos blogs seraient de mon avis. Grâce à vous, j’apprend de plus en plus et j’attend les prochaines fêtes dont celles des saints, anges et de l’église catholique. Je lis leur commentaires régulièrement et sont sont vraiment encourageant.

    Certes ce serait un péché de gourmandises mais en se souvenant du jour de tel et tel fêtes ou saint ou autres avec suivie de la prière qu’il l’accompagne ou d’un proverbe ou dictons le gens reviendrait à la religion.

    Quand viens la fête de tel et tel personne on souhaite la bonne fête comme “bonne fête Michel, Bonne Patricia, bonne fête Henri etc… Mais la plus part des gens savent-ils en fête pourquoi on fête la fête à Pierre, Paul Jacques etc. Pourquoi Pâques, Noël et autres ?

    Non ! Pour certains ce sont des fêtes où l’on travaille pas et on repose ou bien un bon repas en famille mais rien d’autres car certaines fêtes ont été remplacer par les vraie traditions. Comme le Noël (nativité de Jésus) remplacer par le Père Noël, Pâques (résurrection du Jésus) remplacer par les œufs au chocolat offert par le lapin de pâques ou les cloches, ou dame Hollé.

    Certains pays gardent leur tradition il y a la France qui fait tous pour effacer de la mémoire de nos enfants nos traditions car certains enfants ne font ces fêtes.

    Je ne trouve pas grand choses sur les traditions et les recettes culinaires accompagnant tel ou tel fête sauf en langues étrangères ce qui est compliqué quand on ne parle pas ou mal une langue.

    Merci Patricia pour ce merveilleux blog ou j’apprend tant de choses dont j’ignorais totalement.

    • Patricia Gemelli
      14 juillet 2024

      Bonjour Vélaska,
      Encore Merci pour ce merveilleux message plein d’empathie et de compliments à mon égard.Vous savez , ce n’est pas chose facile de trouver une gastronomie traditionnelle associée à une fête déterminée, je ne parle pas bien sûr des fêtes les plus courantes comme Noël ou Pâques. C’est un travail de recherche qui me prend beaucoup de temps et d’énergie, surtout qu’il y a de moins en moins de traditions religieuses en France comme vous le dites. Alors je cherche dans d’autres pays et là il faut soit maîtriser la langue, soit faire appel à des traductions ce qui rend la tâche encore plus longue et difficile. De plus, je ne me contente pas de trouver une recette associée à la fête d’un saint par exemple, il faut que je vérifie qu’il s’agit bien du saint en question et que c’est vraiment une recette de tradition et non une suggestion de menu de quelqu’un qui a eu l’idée de la faire!
      Je suis perfectionniste et cela joue contre moi en fin de comptes! Parfois il y a des recettes qui s’associent à un saint mais qui a le même nom qu’un autre saint alors ce n’est pas la bonne recette et je dois tout recommencer. Quand je ne trouve pas du bon matériel pour une telle ou telle fête où article j’utilise l’espagnol pour rechercher non seulement en Espagne mais dans les traditions d’Amérique Latine. Pour les pays anglophones je me débrouille un peu mais je sollicite mon mari qui parle couramment l’anglais. Malgré mes origines italiennes je ne parle pas la langue mais je me débrouille et je maîtrise assez bien le vocabulaire culinaire en italien car j’ai beaucoup de livres en cette langue. J’arrive à comprendre un peu le portugais du fait que je parle espagnol et français alors cela rend le vocabulaire plus clair. Mais ce n’est pas facile car tout cela ne signifie pas que je suis polyglotte! Vous avez raison quand vous dites que les fêtes sont devenues des jours de congé , le sens profond de chaque célébration se perd petit à petit et il es remplacé par une “assimilation” commerciale qu’il s’agisse des cadeaux de Noël, du Père Noël, de Santa etc et pour Pâques c’est pareil! Les enfants font la chasse aux oeufs et c’est mignon de les voir heureux mais il faudrait leur expliquer pourquoi et surtout ce qu’est cette fête que l’on appelle Pâques. Quand j’étais petite avec ma soeur et mon frère on attendait les cadeaux certes, mais il fallait tout de même un peu de patience, pas comme de nos jours où tout est immédiat. On se couchait on plaçait les souliers au pied du lit et le matin on allait voir ce que l’Enfant Jésus nous avait laissé comme cadeau! Pareil pour los Reyes Magos, on laissait en plus de l’eau et de la nourriture pour les chameaux! Quelle illusion heureuse et quelle déception après quand à l’école un enfant nous apprenait que tout était un mensonge! C’est pour cela que pour ma fille j’ai fait une chose à mi-chemin entre l’illusion et la réalité. Je lui parlais de jésus et du sens des fêtes mais je lui disais que pour les cadeaux c’étaient les parents et grands-parents, mais cette traditon venait de la part de Jésus qui les choisissait et qui écoutait les souhait des enfants. Ainsi il y avait de la magie tout en évitant la déception et le sentiment de tromperie. Ma fille vivait les fêtes avec le sentiment de bonheur et de magie! Je sais que vous m’encouragez toujours et je vous remercie toujours pour votre fidélité mais vous savez que pour le moment je ne peux pas penser à l’écriture d’un livre comme celui dont vous me parlez. Merci encore et encore pour vos mots! Bon dimanche et Bendiciones!

  • plaisiretequilibre
    12 juillet 2024

    Elles sont jolies ces pâtes, je n’ai encore jamais eu l’occasion de les cuisiner. Ton plat doit être bien savoureux et c’est super de donner tes conseils pour trouver des alternatives aux produits habituels. Très bon week-end Patty, gros bisous

    • Patricia Gemelli
      12 juillet 2024

      Merci pour ton message Laurence, tu sais pas besoin d’être vegan pour donner les alternatives il y a des personnes intolérantes aux lactose. Très bon week-end Laurence! Gros bisous.